L'EDITO

Par Paul & Anne-Marie Jorion

 

Le naufrage du Rena, un porte-conteneurs dont la cargaison de pétrole continue de fuir en ce moment-même dans une baie splendide de Nouvelle-Zélande, malgré de premiers efforts de pompage, nous rappelle que les « ennemis » du plancton ont de multiples visages.

 

Rappelons-nous que la survie du plancton détermine en bout de chaîne celle de tous les êtres vivants qui s’en nourriront soit directement, soit se nourriront de mangeurs de plancton, ou de mangeurs de mangeurs de plancton. Notre alimentation dans son ensemble dépend du maintien de la biodiversité et le plancton, garant de la biodiversité marine, est essentiel au maintien de notre propre vie.

 

Les transports maritimes emportent dans leur ballast un grand nombre d’espèces planctoniques (essentiellement végétales. De telles migrations involontaires sont susceptibles de causer une prolifération de certains ennemis du plancton, dont le meilleur exemple est offert par les mnémiopsis, des cténophores (que l’on confond souvent à tort avec les méduses) originaires d’Amérique du Nord et qui ont désormais atteint la mer Caspienne et la Mer Baltique. Elles ont découvert là un terrain favorable à leur croissance, ce qui leur permet d’atteindre un diamètre de 20 cm, soit le double de leur talle habituelle. Leur appétit pour le plancton animal de petite taille (les copépodes ou les larves de mollusque, par exemple), qu’elles gobent en permanence, met en danger l’équilibre marin. Plus ces mnémiopsis sont grosses et plus, bien entendu, elles mangent ! Ce sont elles qui avaient provoqué, une catastrophe du même ordre dans la Mer Noire au début des années 1990.

 

Autres menaces bien connues : les nitrates, phosphates et pesticides chimiques (herbicides) utilisés non seulement dans l’agriculture mais aussi dans l’entretien des terrains de golf ou le nettoyage des routes et des voies ferrées. Les terres agricoles étant constamment lessivées par les pluies et le ruissellement aboutissant nécessairement aux océans, les effets nocifs de ces polluants peuvent se faire sentir à plus de 300 km de leur lieu d’origine. Ce ruissellement peut conduire par exemple au développement de planctons toxiques, comme les dinoflagellés, qui impactent alors notre alimentation en rendant impropres à la consommation les coquillages (huîtres, coques etc.) qui se nourrissent de ces planctons.

 

Évoquons aussi, parmi les ennemis du plancton, le gaz carbonique, produit par la combustion du charbon, du bois et du pétrole, dont le dégagement dans l’atmosphère conduit à une augmentation de la température des eaux de surface mais aussi des eaux profondes, entraînant des changements dans la composition du plancton animal. Comme celui-ci cesse de reconnaître son environnement, il se déplace vers des eaux plus froides, provoquant des déséquilibres dans la biodiversité des différentes régions : les poissons ne trouvant plus le plancton dont ils se nourrissent ordinairement, disparaissent des zones maritimes où on les rencontrait jusque lài, à la recherche de leur aliment de prédilection.

 

Merci aux chercheurs, aux pêcheurs en mer, aux conchyliculteurs, qui par leurs prélèvements de plancton, nous aident à surveiller et à protéger la planète. Merci à Plancton du Monde et à Planète Plancton de nous maintenir constamment informés.

 

Nous n’avons mentionné ici qu’un faible échantillon des déséquilibres que les activités humaines causent à la reproduction et à la diversité du plancton, il n’est pas trop tard heureusement pour agir.

 

 

Pour visionner le global café avec Paul Jorion, c'est par ici

Plancton du monde est une initiative portée par Océanopolis, Parc de Découverte des Océans à Brest

Ce site est le prolongement d'une action qui a lieu chaque année dans le cadre de la Journée Mondiale des Océans. Outil de partage et de regard croisé sur le plancton cette initiative est un lieu d'échange et de mutualisation des observations.

Francais | English

S'inscrire à la lettre d'information

Quizz

Qui suis-je à l'âge adulte?


Un poisson
Un Gastéropode
Une huître

Actualités du plancton :

    • Portrait de Paul Jorion avec la participation de Pierre Mollo sur France 3 Littoral le samedi 28 janvier à 16h15

      >> en savoir plus
    • Ne ratez pas la diffusion de "Planète Plancton", un film de Jean-Yves Collet sur Ushuaia TV. Première diffusion le 14 janvier à 20h48

      >> en savoir plus
    • Conférence Océanopolis le mardi 6 décembre à 20h30

      " Diversité, structure et fonctionnement des communautés planctoniques "

      >> en savoir plus
    • Gros plan sur le plancton... Une nouvelle série de courtes vidéos en HD sur le plancton, depuis la rade de Brest et ses environs aux marais salants de Guérande.

      A visionner dans la rubrique vidéo

      >> en savoir plus

Qui es tu ?

Vous venez d’observer un organisme, ou de le photographier ? Vous souhaitez savoir comment il s’appelle, quel est son rôle, comment il vit, nous vous proposons d’envoyer vos images... et nous nous chargerons du reste !

C'est par ici !

Pour voir les vidéos, cliquez sur l'image
Oceanopolis

Plancton du monde est une initiative portée par Océanopolis, Parc de Découverte des Océans à Brest